Attentats du 13 novembre : un suivi personnalisé des victimes encore hospitalisées


Le secrétariat d’Etat à l’Aide aux victimes apporte un soutien très attentif à chacune des victimes des attentats du 13 novembre, et plus particulièrement pour celles encore hospitalisées ou suivies en hôpital de jour. Un suivi personnalisé et régulier a été mis en place en lien étroit avec les assistantes sociales et l’équipe médicale de l’Institution nationale des Invalides (INI), la mairie de Paris, les ministères des Affaires sociales et du Logement et l’ensemble des représentants de l’Etat concernés.
Depuis ma nomination, en février dernier, je me suis rendue à deux reprises à l’hôpital militaire des Invalides pour échanger avec l’ensemble des personnes encore hospitalisées.

Concernant la situation particulière dont il est question aujourd’hui dans les pages du Parisien : comme je m’y suis engagée, les droits relatifs à la qualité de travailleur handicapé ont bien été ouverts dans les délais annoncés. Mais il faut préciser que la question de l’ouverture de ces droits n’entraine pas automatique l’octroi d’une carte d’invalidité. Vendredi soir, la victime en question a reçu une lettre de la Maison Départementale des Personnes Handicapées de la Seine-Saint-Denis (93) notifiant sa qualité de travailleur handicapé, mais sans délivrance d’une carte d’invalidité. Contactée immédiatement par mon équipe sur ce second point afin d’apporter des précisions, la MDPH a assuré qu’elle lui adresserait un courrier rectificatif ainsi qu’une carte d’invalidité dès ce lundi 4 juillet.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.