Ce qui compte, c’est que les victimes aient un ministre ou un secrétaire d’État


Je ne suis pas candidate à ma propre succession, mais ce qui compte, et pour les associations et pour la continuité de l’État, c’est que les victimes aient un ministre ou un secrétaire d’État.

[ Lire l’article ]

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Commentaire sur “Ce qui compte, c’est que les victimes aient un ministre ou un secrétaire d’État

  • thierry de Pontcharra

    Je partage tout à fait le point de vue de Juliette Méadel: les victimes d’attentats terroristes doivent impérativement disposer au minimum d’ un secrétaire d’état..merci